Le contrat avec la nation

Un Président qui s’engage à travers son « contrat avec la nation »


Emmanuel Macron sera un Président qui préside – le Gouvernement aura la charge de gouverner. A ce titre, il donnera les grandes orientations et sera responsable devant les Français de l’avancement des grandes réformes. Ces grandes réformes sont énoncées dans le « contrat avec la nation », avec 6 chantiers sur lesquels Emmanuel Macron prend des engagements clairs. Chaque année, Emmanuel Macron répondra du progrès d’application du « contrat avec la nation » devant le Congrès.

  • Le chantier de l’éducation et de la culture: c’est la condition de notre cohésion nationale, avec comme priorités la transmission des savoirs fondamentaux, une plus forte autonomie pour l’école, une meilleure rémunération des enseignants et plus de moyens pour les zones prioritaires
  • Le chantier de la société du travail : pour créer des emplois, protéger efficacement chacun et permettre à tous de vivre mieux de son travail
  • Le chantier de la modernisation de l’économie : pour accélérer l’émergence d’un nouveau modèle de croissance et récréer une mobilité économique et sociale
  • Le chantier de la sécurité de la Nation : cette sécurité doit s’inscrire à l’international et sur le territoire, avec la sécurité quotidienne et le respect sans concession de la laïcité. Emmanuel Macron se veut le candidat de la tolérance zéro ; pour autant, notre pays n’a pas besoin d’autoritarisme avec des « mesures chocs » mais d’autorité vraie
  • Le chantier du renouveau démocratique : il ne s’agit pas de jeter le soupçon sur toutes les femmes et les hommes politiques. Mais de moraliser et responsabiliser la vie publique, en renouvelant la représentation nationale
  • Le chantier de l’international : notamment en relançant une Europe ambitieuse, qui investit et qui protège, et en assurant une nouvelle politique en Afrique

Une grande cause nationale sera au cœur de cet engagement : l’égalité entre les femmes et les hommes

Un programme singulier, parce qu’il est réaliste et financé

Notre trajectoire financière est sérieuse. Avec une hypothèse de croissance réaliste (1,8% en 2022), nous ramènerons les déficits publics sous la barre des 3%.


Emmanuel Macron souhaite réduire les dépenses publiques de 60 milliards d’euros par an

  • Il veut moderniser le système pour le rendre plus performant, et non sabrer de manière aveugle nos services publics.
  • Nous répartirons cet effort entre l’Etat (25 milliards), le champ social (25 milliards) et les collectivités territoriales (10 milliards).


Nous investirons 50 milliards d’euros sur 5 ans – soit 10 milliards par an en moyenne – pour préparer le modèle de croissance de demain

  • Ce plan soutiendra la formation et la transition écologique à hauteur de 15 milliards chacun, et la santé, l’agriculture, la modernisation des administrations et les transports à hauteur de 5 milliards chacun.
  • Au bout de 5 ans, quand il aura rempli ses objectifs, le plan sera stoppé : nous n’aurons créé aucune dépense durable, et aurons contribué à engager de manière durable la réduction des dépenses via des investissements ciblés.

Encore une question ? Contact Contact