Défense

1/ Donner aux armées les moyens d’assurer la souveraineté stratégique de la France.

  • Nous porterons le budget de la Défense à 2% du PIB en 2025. Cet effort est nécessaire, pour moderniser nos armées, dans un contexte d’aggravation de la menace terroriste et des tensions internationales.
  • Nous maintiendrons la force opérationnelle terrestre à 77.000 hommes, effectifs nécessaires pour maintenir le niveau d’engagement actuel de nos troupes, tout en leur laissant le temps nécessaire pour s’entraîner et se reposer.
  • Nous renforcerons la priorité en matière de cyberdéfense et de cybersécurité. Nous l’avons vu lors des élections américaines, Internet est un nouveau terrain d’opération des conflits et des tensions. Il en va de notre souveraineté. Le terrorisme islamiste utilise aussi l’internet pour faire du prosélytisme et passer ses ordres. Il est important de pouvoir lutter contre ces canaux de transmission par des moyens de renseignement appropriés. 


2/ Développer (vraiment) l’Europe de la défense.

  • Nous renforcerons la coordination de nos opérations avec nos alliés européens avec un Quartier Général européen permanent pour assurer la planification et le suivi des opérations, en lien avec les centres de commandement nationaux et de l’OTAN.
  • Nous créerons un Conseil de sécurité européen, composé de militaires, diplomates et experts du renseignement, pour conseiller les décideurs européens
  • Nous soutiendrons la création d’un Fonds européen de défense, pour financer des programmes communs, tel un drone européen.


3/ Renforcer le lien Armée-Nation à travers un service national obligatoire et universel.

  • Nous créerons un service militaire obligatoire et universel d’un mois.
    • Il s’adressera aux jeunes femmes et hommes aptes de toute une classe d’âge. 
    • Il devra intervenir dans les 3 ans suivant leur dix-huitième anniversaire, et devrait durer un mois.
    • Ce service sera encadré par les armées et la Gendarmerie Nationale.
    • Son caractère obligatoire ne fera cependant pas obstacle à la prise en compte de l’objection de conscience pour ceux qui refusent le maniement des armes.

Encore une question ? Contact Contact