Député(e), comment gérer vos réseaux sociaux ?

Faut-il garder vos comptes Twitter, Facebook et autres une fois élu(e) député(e) ?

Oui. Les réseaux sociaux, lorsqu’ils sont bien utilisés, sont des outils très efficaces pour communiquer avec son public. Ces outils permettent de toucher une audience supérieure à la plupart des médias traditionnels. Voici, à titre d’exemples, le nombre de personnes qui suivent les pages Facebook de quelques personnalités politiques :  Emmanuel Macron (1,6 million), Marine Le Pen (1,5 million), Jean-Luc Mélenchon (1 million), Nicolas Sarkozy (975 000).

Soyez néanmoins conscients qu’entre le temps de la campagne et celui de votre nouvelle fonction, l’usage de vos réseaux sociaux va être considérablement modifié 

  • Beaucoup d’habitants de votre circonscription et/ou de journalistes vont vouloir se tenir informés de votre actualité et entrer en contact avec vous. Votre visibilité va considérablement s’accroître. 
  • En tant qu’élu(e) de la nation, votre parole dépasse votre seule personne. Votre responsabilité n’est plus la même. 

Pour adapter l’usage de vos réseaux sociaux à votre nouvelle fonction, 7 conseils

#1 : Choisissez les réseaux sociaux qui vous ressemblent  

Facebook, Twitter, Youtube et autres ne sont que des outils au service de vos messages et de votre audience. Selon les électeurs que vous voudrez toucher, selon les thématiques que vous voudrez relayer, selon vos aptitudes et préférences, ou tel réseau social se relèvera pertinent ou non. 

  • Facebook est le réseau social du quotidien pour 30 millions de Français : c’est un réseau social grand public qui touche une audience aux sujets d’intérêts multiples.
    • Possibilités : rédaction de longs billets, publication de vidéos, direct vidéo (pour vos réunions publiques par exemple), publication de photos et d’infographies, réalisation d’albums photos, partage d’articles de presse et autres liens internet, partage de posts Facebook d’autres utilisateurs, messagerie privée, etc.
    • Attention : votre profil Facebook personnel ne doit pas devenir votre profil de député : privilégiez l’ouverture d’une page Facebook à votre nom qui sera le relai de votre communication d’élu.
  • Twitter est un réseau social d’influence et de direct qui s’adresse à une audience beaucoup plus restreinte et en général davantage sensibilisée à la chose politique, surtout quand il s’agit d’autres élus et de journalistes. 
    • Possibilités : publications écrites (tweets) limitées à 140 signes, publication de vidéos, partage d’articles de presse et autres liens internet, relais de tweets d’autres utilisateurs, messagerie privée.
    • Attention : nous vous recommandons de ne pas utiliser de compte protégé, cela serait contreproductif 
  • Youtube est souvent utilisé dans un objectif de pédagogie. Cet outil vous permet de développer dans des longues vidéos vos réflexions / prises de positions. 
    • Possibilité : hébergement de tout type de vidéo. 
  • Instagram est un réseau social de l’image, qui vous permet en une photo + commentaire de faire passer l’équivalent d’un discours. Il a également l’avantage de toucher une cible jeune. 
    • Possibilités : publication de photos et de courtes vidéos.
    • Attention : nous vous recommandons de ne pas utiliser de compte protégé.
  • LinkedIn est l’équivalent d’un Facebook pour le monde de l’entreprise. Selon vos thématiques de prédilection (économie ou social notamment), cet outil peut s’avérer très utile pour toucher une cible avertie. 
    • Possibilités : rédaction de longs billets, publication de vidéos, publication de photos et d’infographies, partage d’articles de presse et autres liens internet, partage de posts LinkedIn d’autres utilisateurs, messagerie privée, etc.
  • Snapchat est le premier réseau social des moins de 25 ans. 
    • Possibilités : publication de photos et de vidéos (en général avec filtres), publication de « story » (petites histoires en plusieurs photos). 


#2 : Concentrez-vous sur certains réseaux sociaux 

Parce que l’utilisation de vos réseaux sociaux nécessite un temps d’animation important, vous n’aurez pas la possibilité d’utiliser tous les outils cités. Concentrez-vous sur un, deux ou trois réseaux sociaux que vous aurez le temps d’utiliser (Facebook et Twitter sont les plus courants dans un usage de communication politique). 


#3 : Définissez vos messages 

C’est la cohérence de vos messages qui va attirer des utilisateurs sur vos réseaux sociaux. Si par exemple vous êtes un(e) député(e) intéressé(e) par les questions environnementales, vous pouvez particulièrement valoriser votre expertise auprès de vos audiences. 

Anticipez au maximum ce que vous allez publier sur vos réseaux sociaux lors par exemple des réunions d’agenda : cela vous permettra de définir un calendrier de publication et d’avoir une visibilité très facile sur la cohérence et la pertinence de ce que vous avez prévu de publier. 


#4 : Valider avant de publier 

  Afin d’éviter toute erreur, mettez en place des circuits de validation

Si les réseaux sociaux donnent parfois l’impression qu’il faut agir dans l’urgence, prenez toutefois le temps de bien faire les choses : allez chercher la bonne information et assurez-vous de l’exactitude de ce que vous dites ; ne succombez pas à la dictature de l’émotion, il faut parfois savoir laisser passer quelques heures avant d’être en mesure de juger de la pertinence ou non de s’exprimer sur un sujet.  

Si malgré ces circuits de validation vous ou votre équipe venait à faire une publication avec une faute d’orthographe par exemple, tous les réseaux sociaux – à l’exception de Twitter – vous permettent de modifier votre texte. Si quelqu’un vous signale une faute, remerciez-le et corrigez-là. 


#5 : Répondez aux questions des électeurs 

Vous allez recevoir beaucoup de questions via vos réseaux sociaux. Une question posée sur Facebook ou Twitter a autant d’importance qu’un courrier reçu à votre permanence. Il faut donc organiser votre équipe en conséquence pour y répondre. Lorsque vous répondrez, privilégiez les échanges privés, notamment sur Twitter. 

Mais attention, les réseaux sociaux sont sources de « trolls », ces individus dont le seul intérêt est de vous faire perdre du temps en vous bombardant de questions. L’usage veut qu’on ne nourrit pas le troll,c’est-à-dire qu’on ne le lui répond pas : ils vous seront faciles à identifier car ils reviennent régulièrement sur vos comptes et n’ont en général pas une conversation très constructive. N’ayez aucun complexe à les bannir de vos comptes s’ils se montrent trop insistants ou injurieux.


#6 : Mesurez l’efficacité 

Les outils statistiques sur les réseaux sociaux permettent de juger de la pertinence de vos choix éditoriaux : vos publications sont-elles trop longues ou au contraire trop courtes ? Trop fréquentes ou pas assez ? etc.

Sur Facebook, dans l’onglet « statistiques », vous aurez accès aux nombres de personnes atteintes et au taux d’engagement, c’est-à-dire le nombre de personne qui interagissent avec vos publications. Ce sont les deux mesures statistiques les plus importantes.  Sur Twitter, il faut connecter votre compte en allant sur ce site : analytics.twitter.com. Sur Youtube, les statistiques sont disponibles sous toutes les vidéos (onglet « …Plus »). 


#7 : Organisez-vous :

Entre toutes les autres tâches qu’ils auront à accomplir, vos collaborateurs n’auront pas pour priorité de gérer vos réseaux sociaux. Pour autant, c’est la régularité de vos publications qui va vous permettre d’élargir votre audience. Déterminez qui dans votre équipe aura à accomplir les tâches suivantes : qui pour vous suivre dans vos déplacements, qui pour prendre des photos / filmer, qui pour s’occuper de tel ou tel réseau social, qui pour répondre aux questions des électeurs, etc. ? 

Encore une question ? Contact Contact